Cristina, EU Aid Volunteers

 

En tant que volontaire en management de projets et de coordination, je peux affirmer que je fais un peu de tout. Je travaille avec la manager du projet, Andrea Cuisana, pour appuyer toutes les équipes, rassemblant les informations concernant leur travail. De plus, je m’assure que le suivi du projet soit régulier et conforme aux étapes. Je rédige des rapports, je participe à des rencontres et je m’occupe de mener des activités sur le terrain très spécifiques.

D’un côté, je visite les différentes villes. Jusqu’au mois de mai, les volontaires travaillaient dans cinq villes en plus de Quito : Pedernales, Atacames, Portoviejo, Cuenca et Ambato. Nous avons divisé les visites aux villes entre l’équipe de coordination à Quito. Je suis donc allée visiter l’équipe de Portoviejo avec Paola et je me suis rendue seule à Pedernales.

À Portoviejo, j’ai rencontré l’équipe pour organiser les dernières étapes à suivre avant la clôture du projet dans la ville : contacter tous les acteurs, avec lesquels ils avaient coopéré et établir les dernières activités avec les communautés. De plus, nous avons travaillé sur un rapport final, dans lequel l’équipe a présenté l’évaluation des besoins des communautés, le contexte social, économique et culturel ainsi que tous les acteurs de coopération du domaine. Le rapport présentait aussi les activités effectuées sans appui d’autres acteurs, ainsi que les indicateurs de résultats et leurs sources de vérification pour le projet.

            Voyager dans des différentes villes

Quelques semaines après, j’ai visité Pedernales. L’équipe avait travaillé avec ADRA et UNICEF dans la communauté de Mache sur un projet avec l’objectif de construire une source d’eau potable. De plus, le projet prévoyait des activités de renforcement de capacités sur les bonnes pratiques pour l’utilisation de l’eau. Finalement, le projet était axé sur l’importance de la maintenance de ces sources.

Ma visite correspondait avec l’inauguration de cette source d’eau. J’ai, donc, eu la possibilité de participer à l’événement, au cours duquel l’équipe a été formellement remerciée par la communauté. Les volontaires de Pedernales ont reçu une plaquette (photographie en haut de l’article).

Je suis finalement restée une semaine à Pedernales, pour accompagner l’équipe dans une autre communauté Nuevo Pedernales, pour assister à leur atelier sur l’Analyse de Vulnérabilités et de Capacités, qui consiste en l’analyse participative des menaces et des capacités des communautés. Au cours de la semaine, nous avons aussi travaillé sur le développement d’un plan de travail pour les prochains mois, afin de prévoir les prochaines activités.

De l’autre côté, j’ai aussi travaillé avec l’équipe de Quito dans des différents projets, que nous sommes en train de développer. Par exemple, ma collègue Rita, chargée de l’investigation et de recherche, m’a intégré dans un projet, qui voit la création d’une exhibition semi-permanente dans la ville de Ambato. Ma mission dans ce projet, constitue en l’appui de la coordination et de la logistique. Nous travaillerons avec l’organisation NEO et l’exhibition portera sur les menaces naturelles à Ambato. Nous allons représenter le tremblement de terre de 1949, pour promouvoir la culture de la prévention de risques et de résilience.

Nous travaillons sur ce projet depuis deux semaines et je m’occupe de la coordination de tous les acteurs engagés dans l’organisation de l’exhibition. Je m’assure que tout le monde est au courant des nouvelles et que les activités soient reparties entre les bons acteurs.

J’aime beaucoup mon travail et j’ai hâte de voir comment ces activités et projets se développer au cours des prochains mois.