Portrait d’une EU Aid Volunteer : Pauline

Pauline, 22 ans, Française
Polyglotte et passionnée de cuisine
Etudes : Droit français et allemand

 

Pauline est l’une des volontaires déployés depuis décembre 2016 dans le cadre de l’initiative EU Aid Volunteers (Volontaires de l’aide de l’Union européenne). Cette initiative donne l’opportunité à des citoyens européens d’être déployés dans différentes organisations hôtes, et de soutenir leur travail sur la résilience des populations et la réduction des risques de catastrophes. Pauline est en Equateur depuis février 2017. Elle nous raconte ses premiers pas dans ce pays, et nous donne ses impressions sur son expérience d’EU Aid Volunteer.

“En août dernier, j’ai décidé de postuler à l’offre de EU Aid volunteer Junior en sensibilisation aux risques sismiques et volcaniques en Equateur. J’ai vécu la totalité de la procédure de recrutement, passé de nombreux entretiens pour finalement, fin Septembre, apprendre que j’avais été retenue pour suivre la formation pré-déploiement. Aller à cette formation ne me garantissait cependant pas d’être déployée ensuite.

La formation a eu lieu à Pise, et je faisais partie d’un groupe de 25 personnes postulant pour différents postes dans le monde entier (Jordanie, Haïti, Equateur, Cambodge …). Nous avons passé une semaine intense à suivre des cours, allant du Droit International Humanitaire aux gestes de premiers secours, en passant par des formations à l’interculturalité ou aux procedures de sécurité. Après cette semaine de cours, nous avons fini par une formation de 3 jours où nous devions appliquer concrètement dans le cadre d’un scenario ce que nous avions appris les jours précédents.

Un apprentissage de 3 mois au siège de La Guilde

Quelques jours plus tard, j’ai reçu la bonne nouvelle : je venais d’être sélectionnée, et je serais déployée en Equateur pour un an, à compter du mois de février. J’ai eu l’opportunité de faire un apprentissage de 3 mois au siège de La Guilde, à Paris, pendant lequel je me suis préparée à ma mission. J’ai lu et appris tout ce que je pouvais à propos des tremblements de terre et des volcans, je me suis efforcée de trouver de nouveaux sponsors pour la Fondation Ecuasol, mon organisation d’accueil, et j’ai participé à la logistique de ce premier déploiement (visas, billets d’avion).

Je suis arrivée en Equateur le 6 février 2017, et pour l’instant, tout se passe très bien. Le projet est en plein démarrage, et nous avons donc beaucoup de choses à faire. Nous sommes une super équipe, et nous ferons de notre mieux pour porter et mener à bien ce projet.”